Journée de déménagement

Envie de travailler dans une nouvelle région?

Déjà que changer d’emploi peut comporter son lot de stress, imaginez changer d’emploi –et– de région. Là, c’est intense.

Mais voilà, une période de chômage peut être le moment idéal pour changer de région et ainsi, entrevoir des opportunités d’emploi précédemment impensables ou inaccessibles.

Les migrations ont fréquemment lieu pour des raison professionnelles.

Parfois c’est le travailleur qui s’exécute et parfois, c’est la douce-moitié qui saute le pas vers cette nouvelle aventure professionnelle dans une autre région, forçant du coup la main de l’autre qui doit s’ajuster.

Dresser un plan

Aussi simple soit-il, coucher un plan à l’écrit pour ne rien oublier.

Lorsque vous changez d’emploi, vous perdez momentanément plusieurs de vos repères mais si en plus, vous changez de région, là, avec le déménagement, la perte du réseau usuel d’entraide et tous les réflexes qui doivent être actualisés, sans plan, ça peut rapidement vous subjuguer.

Alors, commencez avec une feuille blanche.

Inscrivez d’abord ce que vous avez dans votre région actuelle et dans une colonne à côté, ce dont vous allez avoir besoin dans votre nouvelle région d’accueil.

Ne négligez rien et dressez aussi un inventaire des aidants, surtout si vous avez des enfants ou que vous vivez une situation de garde partagée, à la suite d’un divorce. Pensez à divulguer certains éléments de vos plans de déménagement dans une nouvelle région à ces aidants puisque vous avez probablement une importance dans leur vie, aussi.

Sans vous laisser décourager dans votre plan de vous établir dans une nouvelle région, demeurez parfaitement conscient que ce n’était pas forcément le choix des autres personnes importantes dans votre vie et qu’elles pourraient avoir besoin d’accompagnement pour réussir leur volet de votre transition de vie.

Parce que oui, soyons francs, c’est gros de changer de région.

Particulièrement si vous quitter le Québec pour aller dans une autre province ou un autre pays, avec toute la bureaucratie que ça suppose. D’ailleurs, assurez-vous que vos papiers soient à jour pour éviter les mauvaises surprises de dernière minutes.

Quitter et arriver

Attendez-vous à ce que ça se passe vite.

Lorsque vous aurez quitté une région, il ne sera pas aussi facile d’y revenir pour régler vos choses alors faites un effort pour quitter la tête tranquille, avec vos choses en règle pour ne pas avoir à revenir, à moins d’un imprévu majeur.

Une fois arrivé dans votre nouvelle région, vous devrez prendre beaucoup de notes.

Nouvelles fréquentations, nouveau réseau social physique et virtuel ainsi que des habitudes de vie à redéfinir. Fini le lavage du linge chez maman avec des biscuits aux brisures de choco à la clé! Du passage fréquent de la campagne à la « grande ville », c’est spectaculaire la quantité de nouvelles habitudes de vie qu’il faut faire « fitter » dans l’horaire.

En arrivant, tout est à faire alors côté argent, dépensez aussi peu que possible, quitter à vous remettre à dépenser plus quand le salaire d’un nouvel emploi se mettra à entrer.

Trouver son équilibre

Que ce soit de manière opportuniste au moment d’un chômage ou juste parce qu’il était temps de partir, la nouvelle région regorge de tant de distractions et de plaisirs, la plupart du temps, qu’il faut faire un effort conscient pour trouver son propre équilibre.

Après tout, la nouvelle région et ceux qui l’habitent ont déjà leur équilibre mais c’est le nouvel arrivant qui doit se dépêtrer au milieu de tant de nouveautés.

Plus c’est loin, plus le dépaysement sera grand et pas juste physiquement, culturellement, aussi.

Parlez-en à ceux qui sont partis du Québec pour aller vivre au États-Unis, au Mexique, au Costa Rica ou en République dominicaine. Chacune de ces régions a des avantages et des défis. C’est au nouvel arrivant de s’y retrouver et juste au niveau des nouvelles règles administratives, ça peut être byzantin.

Alors on en revient à l’importance de faire un plan.

Et de le suivre, par la suite!

Il sera toujours temps de dévier du plan et d’improviser mais comme il faut se déposer dans une nouvelle région et non s’y écraser comme un aéronef qui n’a plus de carburant, autant prendre soin de transiter de manière méthodique.

Vous en ferez peut-être l’expérience et si oui, vous verrez que chaque passage à une nouvelle région est unique, emballant, terrifiant et hautement personnel, au travers d’un océan de sensibilités à redéfinir, à la vitesse de l’imprévisible et la nécessaire engageance.

2 réponses

  1. Je veux premierement remrcie la communautè canadian et lèquipe de emlpoi.ca pour la valeur donner pour les imigrants . Je cherche travail dans un temps plien dans n’importe domaine disponibles (commerce,restauration,sècuritè)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recrutement en ligne

Annoncez vos emplois en quelques clics aux meilleurs prix, sans surprises.

Jeunes gens dans un arbre